Sommaire

Editorial

Cultiver Ma Féminité

Culture Queer

Contenu Multimédia

Le Journal de Michel-e, bigenre

Avant-Propos

Le Contenu

Á travers les pages de mon site je parle sans détour de mon genre non-binaire (bigenre) , de mon évolution personnel et de l'exploration de ma part de féminité.

Celles-ci ne sont pas destinées à un jeune publique sans explications préalables.

C'est pourquoi,ce site est «labélisé contenu pour adulte» ce qui lui permet d’être détecté par les systèmes de contrôle parental ou de protection des mineurs.

Moi en quelque lignes.

Je suis bigenre, quelque part entre homme et femme.

Bien que mon aspect est masculin, exeption faite pour mes petits seins que je dois à un traitement hormonal, une irrépressible partie de moi est féminine.

Mon genre social est masculin et à ce titre, je m’en accommode, mais m'y tenir exclusivement serait une amputation mentale.

Ma sensibilité féminine est ressentie par beaucoup de femmes et, avec certaines je laisse tomber mon discours masculin pouvant ainsi exprimer ma féminité et mes émotions naturelles.

Mon sexe, bien que pratique parfois, est pour moi un obstacle pour partager leur complicité et dans ma sexualité. Dans le meilleur des cas c’est tout au plus un laisser-passé dans cette société machiste.

L’usage du trait d’union et du point médian (·).

J’utilise uniquement le trait d’union dans mon prénom pour unir mon féminin et mon masculin.

Coté grammaire, j’utilise l’écriture inclusive. Loin de tous débats, j’estime que c’est une bonne façon de respecter la non-binarité de genre du publique à qui mes pages sont destinées.

Sur le clavier (PC) on obtient le point médian par Alt 0183.
voir www.ecriture-inclusive.fr


Mon Journal

haut

haut

21 février 2021

Quand je me suis aperçue que mon épouse acceptait ma personnalité féminine en nommant mes lingeries plutôt que d’utiliser le mot “truc”, dans les jours qui ont suivis, ça m’a fait comme un vide.
La normalisation de l’utilisation de ma lingerie s’étant installée jour après jour, une banalisation avait remplacé le combat intérieur quand je décidais de braver “l’interdit” et j’avais l’impression que je perdais de la “consistance féminine”.

Mais un matin en m’habillant, je me dis que je n’allais pas mettre de soutien car j’avais un control médical après le bureau. Dans un sentiment d’agacement je me surpris à penser : ”Et pourquoi je devrais me passer de soutien-gorge ?” A cette question intérieure je me répondis en enfilant un à balconnet.

J’ai passé toute la journée avec un poitrine bien mise en valeur, et quand l’infirmier qui me désignait la cabine me signala que je devais enlever le haut pour l’auscultation, j’étais pleine d’assurance en me déshabillant. Quand j’ouvris la porte de la cabine ma chemise et mon soutien-gorge pendaient aux crochets tous les deux biens visibles, aussi visibles que les marques de mon soutien sur la peau.
Cette visite de control médical se passa sans remarque, l’infirmier ne cilla pas en me pausant les électrodes de l’ECG.
En me rhabillant, j’ai pensé en souriant que j’aurais pu lui demander si je devais aussi enlever mon soutien car après tout je me suis présentée à lui seins nus. smiley

En conclusion, ma féminité a gagné en légitimité car je suis acceptée comme telle dans mon couple et cette banalisation est un cadeau de la vie, car maintenant me sentir femme fait naitre en moi en sentiment de fierté.
Et pour finir, j’ai décidé de m’exprimer dans mon journal uniquement sur le mode féminin, fini l’écriture inclusive.

26 janvier 2021

Quelque chose a changé, je pense que mon épouse à fait un pas de plus vers l’acceptation de ma part féminine. Par exemple dernièrement elle me prévenait qu’elle mettait ma chemise de nuit au sale linge, d’habitude elle la nommait « ton truc » ou « ça » et cette fois ce fut « ta chemise de nuit ».
Elle s’est rendue compte qu’une partie de ma vie lui échappait en me voyant en femme sur une photo que j’avais partagé sur le site hommefleur.net. Cela lui a fait de la peine et c’est sans doute cela qui est la cause de ce virement d’attitude. Ce revirement me laisse une impression bizarre car ma féminité entre dans une banalité, j’enfile ma nuisette comme mon pantalon sans que ce ne soit spécial. Avant ma féminité marquait ma particularité, maintenant c’est fini, ma part de féminité n’est pas plus remarquable dans mon couple qu’une femme dans la société. N’est-ce pas ce que je voulais ?

29 décembre 2020

Je ne me rendais pas compte à quel point je suis une femme.

Dans le forum du site hommefleur.net je suis entrée en conflit avec une autre copine du site à propos de la plus grande difficulté à être une femme qu’un homme dans notre société. Un de ses arguments qui m’a fait réagir (bouillir même) c’est que si notre société va mal c’est que les femmes perdent leurs temps en shopping avec l’argent qu’elles gagnent en travaillant au lieu de se consacrer au ménage.

Au fur et à mesure de nos échanges, alors que je pensais seulement être animée par un sentiment égalitaire, je me suis aperçue que j’étais outragée par ses propos qui me touchaient personnellement. Je ne défendais pas l’idée que je me fais de la place de la femme dans notre société, je me défendais, moi, toute griffes dehors me sentant atteinte dans mon intégrité, dans mes droits. C’est en constatant mon état d’implication dans ce débat, que je pris conscience que je répondais en tant que femme. Ce fut un choc de comprendre que bien qu’elle ne soit qu’une partie de moi, ma féminité est au moins aussi tangible que ma masculinité.

Jusqu’ici l'expression de celle-ci s'exprimait dans la superficialité aux grès des choix de lingerie, d'habits, de maquillage, mais depuis ce débat je me suis profondément rendue compte à quel point mon individualité (dualité indivisible ?) est réellement féminine et masculine.

11 décembre 2020

En fin de soirée, blotti·e et frissonnant·e dans le lit à peine réchauffé par ma présence, je vois mon épouse me tendre ma nuisette qui était dans la salle de bain.
– « Merci ! » lui dis-je « Mais je vais devoir ressortir du lit, brrrr. »
– « Ah, il faut souffrir pour être belle ! »
Me sentant accepté·e dans cette démarche, je me suis endormi·e le cœur léger.

17 novembre 2020

C’est agréable de choisir son soutien-gorge le matin en suivant mon humeur, et je remarque que pour le moment je préfère ceux qui mettent mes seins en valeur.

9 novembre 2020

Il y a presque deux ans (je crois) mon épouse me fit part de son agacement de me voir dormir en nuisette ou en chemise de nuit. Pourtant je pensais que depuis plus d’un an que je dormais ainsi, cela ne lui posait pas de problème. Cela fut pour moi un coup au moral mais depuis je dormais sans lingerie de nuit.
Cela fait une semaine à l’occasion d’une nuit plus fraîche que j’enfilais une nuisette longue. Sans réaction négative de mon épouse, j’ai continué. Hier, elle m’a signalé qu’elle a mis ma nuisette à laver et qu’elle serait sèche demain. Je me sens donc autorisé à reprendre cette habitude. Je retrouve le plaisir de m’endormir et de me réveiller en dentelle ou en satin.

7 novembre 2020

J’ai déterré quelques reportages de mes archives et que je livre en libre service, sur ma nouvelle page Documentaires.

30 octobre 2020

Je viens d’effacer toutes mes vidéos sur YouTube, désormais j’héberge moi-même mes vidéos.
Et j’ai accélérer ma page rêvons un peu.
Je vais remettre au goût du jour d’autre reportages qui ont sombrés dans le tréfond de mon site.

27 octobre 2020

Jusqu’il y a peu, j’utilisais YouTube comme plate-forme de stockage pour mes vidéos. Mais le puritanisme américain commence à me gonfler sérieusement. YouTube vient de bloquer plusieurs vidéos parlant de la transsexualité et il en a effacé une autre sur l’augmentation mammaire par perfusion de solution isotonique saline. Ces vidéos étaient pourtant marquées pour adultes, mais cela n’a pas empêché la censure…

Fuck YouTube !
Je me passerais d’eux, je vais fermé mon compte !
Je vais profiter pour remettre en avant des vidéos tombées dans l’oubli: la perfusion, des documentaires (voir la page du même nom) et toute une série de vidéo issue de l'app. Reface App (sur la page Rêvons un peu).

11 octobre 2020

« Vos cheveux, vos lèvres, et vos yeux rappel la beauté énigmatique qui a fait de la Joconde la beauté ambiguë la plus célèbre, puisqu'elle est homme et femme à la fois. Bizzzzzzzzz »

Je tenais à publier un compliment reçu sur un site de rencontre pour travestis transgennres et gays qui m’a particulièrement touché.

9 octobre 2020

J’adore porter mon nouveau soutien-gorge bandeau, car ce type de soutien sied bien aux petites poitrines. Visuellement, sous la transparence de la dentelle, il souligne leur petitesse ainsi que leur délicatesse ce qui ajoute le charme à la féminité.

Par sa conception il me fait une poitrine plus plate et moins soutenue qu’avec un soutien-gorge à bonnet, mais là encore pour moi c’est un avantage car il est vraiment très discret sous les habits.

8 octobre 2020

Grace à ce temps maussade je porte à nouveau des chemises multicolores qui me permettent de porter des soutien-gorge souples sans qu’ils soient trahis par les bretelles.

À ce propos, j’ai vu chez Etam des soutien-gorge bandeaux en dentelle et bien sûr sans bretelles !
Je sens que je vais en commander, ce sont les remises de milieux de saisons.

Addendum

premier bandeau
En faite je suis passée chez Etam pour m’en acheter un sans attendre, je suis en train de le porter smiley
Désolée la photo est trouble.

Et j’ai valider mon commande…

8 octobre 2020

Le covid-19 m’a beaucoup isolé·e, pour rompre cette solitude, je me suis inscrite sur plusieurs site dont un site de rencontre pour transgenre et travestie. A part des « hommes Bi » bas du front, j’ai fait la connaissance de Maéva, une travestie. Apparemment nous nous plaisons beaucoup. Nos échanges sont plein d’admiration mutuelle et de respect. Nous avons envie de nous rencontrer et je suis sûre que de nous sentir femme à travers le regards de l’autre doit être une expérience très sensuelle. Je rêve de nos corps enlacés s’enivrant du contact de nos lingeries sur notre peau. Je suis terriblement émue à l’idée de me donner à elle et d’accueillir son orgasme en moi. Je suis encore vierge et j’aimerais tant que ce soit-elle ma première fois.

20 septembre 2020

Aujourd’hui, j’avais une journée devant pour enfin être moi au féminin.
Douche, rasage, vernis, faux cils, maquillage, habillage.
"Bonjour ma belle, il y avait si longtemps" me dis-je dans le miroir.

Je fais deux photos pour le site homme fleur et je me change pour apparaitre sur cam4.

D’habitude je ne parle pas préférant m’exprimer par le clavier. Mais cette fois si j’ai minaudé à qui mieux-mieux et mes « admirateurs » ont beaucoup apprécié ma voie grave qui contrastait avec ma silhouette féminine. Il y a des mecs qui sont absolument dingues des transgenres et des travestis, ils se jetteraient à mes pieds. Ne plus cacher ma voix est très gratifiant, je m’accepte encore mieux car je suis admirée telle que je suis.

16 septembre 2020

Instant de joie : le site www.hommefleur.net existe à nouveaux.
Ce site est vraiment gratuit, on peut y débattre, échanger des points de vue, allez-y !

12 septembre 2020

Mes recherches pour louer un studio ou un box pour recevoir mes éventuels clients, n’ont pas abouti car ils se louent au mois, alors que je désir me prostituer occasionnellement.
Je me suis donc rabattue sur les chambres d’hôtels de charme, j’en ai visité un et cela me semble une bonne solution. Un de ces jours, j’irai en louer une pour une petite après-midi afin de prendre mes marques et aussi quelques photos.

24 août 2020

Le sort s’acharne, j’ai une réunion en plein la plage horaire que j’avais prévue pour une séance sur cam4 smiley . Je commence à en avoir marre.

19 août 2020

Je sens qu’on fond de moi la femme que je suis a passé un cap et mes prochaines apparitions sur cam4 seront déterminantes. Si les demandes de rencontres réelles sont à nouveaux aussi présentes, je suis presque certaine de les accepter moyennant finances.
A ce propos, j'ai créé une page consacrée à mon activité sur cam4: Webcameuse et plus...

Aujourd’hui j’ai démarché pour sous-louer un studio ou un box dans le quartier de la prostitution à Bruxelles. Et si le demandes arrivent avant d’avoir trouvé un emplacement, je louerais des chambres à la journée. Je n’ai jamais envisagé aussi sérieusement de me prostituer…

D’après les demandes et les commentaires de ces messieurs, une femme de mon genre suscite essentiellement des fantasmes fétichistes et sado/maso…
Mon choix sera sans doute d’être une prostituée à tendance dominatrice.

16 août 2020

J’ai refondu ma page une autre vie car la première version était vraiment lente. J’y ai aussi ajouté trois nouvelles séquences.

je m'aime
"J'adore de plus en plus mon coté féminin."

Cette petite folie compense quelque peu l’impossibilité de m’exhiber sur Cam4, je dois faire preuve de patience ou d’organisation…

13 août 2020

Depuis hier, je me diverti avec l’application Reface, celle-ci substitue votre visage à celui de la vidéo originale.

Je pose mes faux-cils, je cache l'ombre de ma moustache avec du fond de teint et je mets du rouge à lèvre.
Et hop je suis prète pour la capture de mon visage.

moi folle
Je m’amuse comme une folle, je colle mon visage sur presque toutes les vidéos disponible dans l'appli.



J’ai créé une nouvelle page qui se nomme Une autre vie... pour laisser une trace de ce que j’aurais pu être. J’aime beaucoup « me regarder » à travers ces vidéos, je me trouve belle.

4 août 2020

Toujours en quête du tatouage parfait, j’ai fouillé mon tiroir à lingerie pour y trouver un nœud que me plairait. Et je l’ai trouvé entre les bonnets de mon premier soutien 100B qui m’a rendue si fière le 3 octobre de l’année passée.
Avec ce tatouage, je marquerais définitivement ma part de féminité sur mon corps pour toujours.

Il ne reste plus qu'à trouver un·e tatoueur·euse en qui comprendra ma démarche pour traduire cete photo en tatouage.

31 juillet 2020

Aujourd’hui il fait caniculaire, je vais à pied vers un centre commercial à deux pas de chez moi, dans cette chaleur le balancement de ma poitrine est bien plus perceptible qu’a l’accoutumé. Je remarque aussi le mouvement des seins libres sous les tops des femmes que je croise. Je souris intérieurement à l’idée de cette communion de sensation entre elle et moi, surtout que sous le fin tissu de ma chemise indienne, la présence de mes seins ne doit faire aucun doute au regard de certaine. Je me remercie d’avoir un jour osé mon T.H. et de vivre de temps à autre ces moments de communion féminine.

30 juillet 2020

Je gamberge toujours à propos de mon tatouage.
Je voudrais un tatouage d’environ cinq cm ou six cm de côté, ce qui n’est pas très grand pour un dessin qui comportera beaucoup de détails à cause de la dentelle. J’ai peur que cela empâte le motif de celle-ci et que cela alourdisse le motif. Je me suis à donc nouveau interrogé sur ma motivation et de la signification de ce tatouage. Il doit être un symbole féminin fort et aussi une revendication de ma part de féminité. Et en triant mes soutien-gorge, je remarque ce petit nœud de satin que je vois presque sur toutes mes lingeries. Le voilà mon nœud ! Reste à en faire une belle photo pour montrer ce que je veux.

25 juillet 2020

Hier soir, resto avec mon épouse et une amie. J’étais en soutif depuis midi, la soirée fut agréable et en rentrant à la maison, je me sentais plus léger·ère que d’habitude, la pression était quelque peu tombée et je me sens un peu mieux.

24 juillet 2020

Je réfléchi beaucoup au dessin de mon tatouage, mon choix d’un nœud de dentelle est symbole féminin fort et la dentelle renforce cette symbolique surtout quand elle fait référence à la lingerie fine. Voilà pourquoi j’ai continué à rechercher un modèle qui me plaise encore mieux que mon premier choix, qui, avait un coté dentelle de table, napperon.
Voici ce que j’ai trouvé.

nœud dentelle
"mais j'amerais un dessin plus simple car le tatouage n'aura qu'entre cinq ou six centimètres de large."

23 juillet 2020

Je dois retrouver des gestes féminins dans ma vie ou je vais finir de me jeter dans le bras de n’importe quelle personne prête à s’envoyer en l’air avec moi. En ces temps d’épidémie ce ne serait pas malin du tout.
J’ai donc péché dans mon tiroir un soutien simple et très léger que je compte garder toute la journée en présence de ma femme et d’une amie chez qui nous irons ce soir. J’ai ce fol espoir qu’un jour je puisse jeter mes soutiens-gorges dans le panier de sale linge aussi simplement que je le fait déjà avec me petites culottes.

20 juillet 2020

La pression monte. J’ai absolument besoin de gestes féminins dans mon quotidien et ce matin j’ai enfilé un des mes shorties sans me cacher, cela fait la deuxième fois. Je ne sais pas si mon épouse me voit faire, mais j’en ai marre m’étouffer. De plus, en cette matinée de télétravaille, je porte un soutien-gorge sous mon t-shirt.

L’idée d’un tatouage prends de plus en plus de sens : extérioriser de manière indélébile ma féminité intérieur par un symbole tout aussi féminin: un nœud de dentelle.

nœud dentelle
"J’ai choisi un motif léger."

Il ne me reste qu'a trouver un bon tatoueur sur Bruxelles...

17 juillet 2020

Ma semaine de vacance a été douce et agréable, mais par moment je me sentais être ma propre prison. Cela a porté ombrage à cette parenthèse dans laquelle je peux laisser tomber mon rôle et mon discours d’homme pour être plus en phase.

Je me sens mal, ma partie féminine se morfond, confinée depuis si longtemps, trop longtemps, ma gorge se serre au moment où j’écris ces lignes. Je me rêve femme dans les bras d’une autre femme, et pourquoi pas dans les bras d’un homme… J’ai tellement besoin d’exister entier·ière, que je me jetterais dans les bras de celui ou celle voudra assouvir mon besoin de sensualité féminine.

6 juillet 2020

Une semaine de vacances entre femmes !

Comme chaque année mon épouse et moi partons en vacances avec deux amis, c’est le moment où je ne suis en compagnie que de femmes uniquement et où je peux laisser tomber un tant soit peu mon rôle masculin pour enfin papoter et rire « entre fille » et vivre sans miroir masculin.

28 juin 2020

Cette nuit j’ai rêvé que je montrais fièrement à mon épouse mes jambes toutes couvertes de bas noirs avec de la dentelle au-dessus, seulement ces bas étaient des tatouages en trompe œil.
Elle n’était pas contente…

L’envie de me faire tatouer un nœud de dentelle noire sur un côté d’une fesse ne me quitte pas.

17 juin 2020

Réflexion post-confinement

Le confinement a porté un grand coup dans la fréquentation de mon journal qui a diminuée de manière catastrophique. Je me suis demandé si ce n’était pas l’occasion de réfléchir à la suite à lui donner : j’arrête ? Je continue ? Si je continue, pourquoi ?

Premièrement, je n’ai pas envie de m’arrêter.

Deuxièmement, le projet initial était d’écrire un journal intime accessible à d’autre personne comme moi. Mais peu à peu il est devenu une tribune et donc de moins en moins intime. Des personnes ont cherché à s’y exprimer. La page Avis/questions est devenue un forum, à tel point que j’ai créé une page dédiée aux “photos des copines”.
Je suis bien consciente que j’ai participé activement à cette dérive car cela me faisait plaisirs. Mais peu à peu, être l’intermédiaire et l’artisan de vies par procuration m’a gêné de plus en plus.
Hier, je n’ai pas pu m’empêcher de répondre (et de publier) de manière sarcastique à Michelle75, j’assume complètement cette réponse, et je m’en expliquerais si nécessaire, mais cette réponse est un signe pour moi et confirme la réflexion que je structure à travers ces lignes.
Je veux que mon journal redevienne un journal intime dans lequel j’exprimerais mes états d’âme, mes doutes, mes certitudes, mes questions et mes silences. Le nombre de visites ne doit plus guider mon comportement, peu importe que mes pages soient très peu lues, elles sont avant tout une réflexion sur moi-même, un témoignage.

Je ne publierais donc plus systématiquement les avis ou les questions, qui seront toujours les bienvenues et auquelles je suis susceptible de répondre en privé, mais je les trierais ne laissant passer que celles qui contribue à ma réflexion du moment. La page des photos des copines est supprimée.
Enfin une page FAQ sera créée pour répondre aux questions d’ordre médicales.

Et donc : voilà cher journal, que tu sois lu ou pas nous recommençons toi et moi comme au début.

15 juin 2020

Enfin, après de longs mois, je suis entièrement déconfinée aujourd’hui : je me suis autorisé·e un coordonné soutien-gorge et culotte pour me rendre au bureau.

Au moment où j’ai marché dans la rue, un sentiment de plénitude m’a envahie, j’ai failli retenir des larmes de bonheur. Quel plaisir de me percevoir à nouveau dans toute ma dualité : femme secrète à fleur de peau sous sa dentelle protégée par l’homme socialement accepté.

Dans le tram, une femme s’assoit à quelques sièges de moi, et j’aperçois furtivement par la large échancrure de sa manche le coté de son soutien-gorge de couleur rouge. Cette vision à fait naître en moi un sentiment de “sœuralité”, je ne me suis pas sentie voyeuse, j’ai juste constaté le couleur de son soutien-gorge sans plus, dans la situation inverse elle aurait constaté la blancheur du mien en toute banalité.

Pendant cette journée je me suis senti·e complète, entier·ère, il y avait si longtemps…

Bise

30 mai 2020

Parfois mes seins sont plus sensibles qu’a l’accoutumé, et ce matin en promenant le chien, je les ai senti bouger et frôler le tissu de mon t-shirt au rythme de mes pas. Petit moment de sensation de femme confinée dans un corps d’homme confiné…

20 mai 2020

Les jours se suivent et se ressemble…
Le déconfinement s’amorce en Belgique mais pour moi rien ne changera avant de nombreuses semaines. Mon job d’appoint de camgirl me manque et j’ai besoin d’être seul·e pour ça, malheureusement cela ne sera pas avant septembre sans doute.

Patience, patience, et patience …

24 avril 2020

J’ai pris trois kilos, j’ai pris du ventre et … de la poitrine, ce matin j’ai enfilé mon plus grand soutif, celui de ma dernière augmentation mammaire, et les bonnets de dentelle sont parfaitement remplis. Cependant pour le ventre c’est beaucoup moins glamour ! smiley
Sinon à part ma mise au placard, je ne vais pas trop mal : nous vivons dans une maison, nous avons un jardin et le (télé)travaille ne manque pas. Pas de quoi trop gamberger donc.
Il semble que la perspective d’un déconfinement soit envisagée par notre gouvernement, mais pour moi le télétravail restera de mise jusqu’à la fin de l’année académique.

Gosse bise à Eve que je sais être en situation difficile, je pense à toi.

Bise et courage.

13 avril 2020

Depuis le 18 mars cela fait 26 jours de confinement, je prends mon mal en patience, ma féminité ne s’exprime plus et mes séances sur cam4 me manquent énormément. C’est pour moi un double confinement…
Bise à tous·tes

15 mars 2020

Mauvaise nouvelle, mon épouse, personne à risque pour une infection au corona virus, est consignée au télétravail jusque fin mars ; donc pas d’activité de camgirl pendant tout ce temps. Cela va faire un mois, ça me manque.

5 mars 2020

Je suis conscient·e que je délaisse mon journal depuis quelques semaines, mais j’ai changé d’horizon professionnel et, depuis décembre je suis le chantier d’un projet immobilier en auto-entreprenariat, projet très chronophage.

Je suis navré·e de ne pas être plus présent·e et d’ailleurs je le paie cash car les taux de fréquentation de mon site sont en chute libre.

De plus je dois mettre au frigo deux projets, l’un consiste au rendre mon site compatible avec les postes mobiles (smartphone, tablette) et l’autre est de refaire correctement une vidéo sur le corset. Je venais juste de me familiariser avec deux nouveaux softwares pour ce faire.

Je vais essayer de me réserver une plage dans la semaine pour me consacrer malgré tous à votre courrier.

Bise

RTA